Au XIX ème Siècle, diverses trouvailles archéologiques fut parler de Chignin.

Aux Henrayons, vers 1888, deux tombes sous dalles parallèles et orientées (tête à l'ouest) furent mises au jour. L'absence de matériel ne permet pas de dater.

Au Mas Carron, en 1973, une fouille effectuée par J.-M. Ferber permit la mise en évidence d'un habitat gallo-romain du Haut-Empire: fragments d'enduit peint, cubes de mosaïque polychrome en calcaire et en pâte de verre, canalisation dirigée nord sud, comportant un radier de mortier de tuileau, fragments d'amphore, bec de lampe à volutes, poinçon. Au Musée Savoisien.

Aux Viviers, vers 1930, en extrayant du gravier, une tombe fut dégagée à 4 m de profondeur. Le corps, orienté nord-sud (téte au nord), reposait sur un lit de pierres et était recouvert de tegulœ disposées en bâtière. Malgré l'absence de matériel, le type de coffrage et la direction de la sépulture laissent supposer une datation gallo-romaine.

Aux Nantets, vers 1935, un « tombeau» fut découvert par hasard par Ph. et P. Gonnet. Aucune description n'en a été donnée.

A Thorméry, en 1984, J.-F. Girard-Madoux récupéra dans la démolition d'un mur de grange un fragment de colonne cylindrique. Il s'agit de la partie su­périeure de la première borne milliaire découverte en Savoie. Gravée en l'honneur de Dioclétien, elle est datée de 285 et porte un texte passablement ef­facé. On lit :
« à l'empereur César Caius Valerius Dioclétien, invincible, Auguste, Pieux, heu­reux, grand pontife, titulaire de sa seconde puis­sance tribunicienne, père de la patrie ... »

Au lieu-dit Les Tours, en 1984, découverte dans les vignes d'une trentaine de monnaies, dont une monnaie des Séquanes (LT 5368), deux antoniniani de Probus et d'un empereur indéterminé, cinq nummi de la dynastie constantinienne et des monnaies médiévales et modernes. Dans les collections de l'Association des Amis de Montmélian

.



Venir à Chignin - Nous Contacter - Mentions légales